super ligue europeenne

Superligue européenne : Pourquoi l’OM n’a aucune chance face à l’OL ?

Bartomeu a lancé une jeté un pavé dans la marre juste avant de démissionner en annonçant que son club, le FC Barcelone, avait accepté de participer à une ligue européenne fermé où les plus grands clubs du continent seraient présents.

Il n’en faut pas plus pour que les spéculations fleurissent concernant le club qui accompagnera le PSG dans cette ligue. Alors, OM ou OL ?

La question a pourtant une réponse simple : On met sur un même piédestal un club qui, ne doit sa participation à la ligue des champions cette année qu’à l’arrêt prématuré du championnat français (à cause de la crise du coronavirus), avec un club qui participe régulièrement aux coupes européenne depuis plus de 20 ans et dont la réputation au niveau européen n’est plus à faire. Manchester City, la Juventus et le Réal Madrid peuvent en témoigner.



Mais la vraie raison qui fera que l’Olympique Lyonnais participe à cette ligue fermée n’est pas uniquement liée à l’historique récent en coupes d’Europe. Mais plutôt à la solidité structurelle et financière des clubs qui la composent.

En effet, aujourd’hui, l’OL est le seul club français capable de fonctionner sans que les actionnaires injectent de nouveaux investissements. Ses sources de revenus sont non seulement conséquent (+300M€ de chiffre d’affaires) mais également très diversifiés. Cela offre à la ligue européenne une garantie de la pérennité du club tant dans son attractivité vis à vis des meilleurs joueurs que du côté purement structurel. l’OL n’est en effet pas sujet à des crises de gouvernance. Jean-Michel Aulas est le patron et personne n’est en capacité de le contester au point de le déloger de la présidence et de l’actionnariat.

Cela n’est pas le cas de l’OM où la gouvernance est particulièrement fragile. Le président Jean Marc Eyraud n’est pas actionnaire et est souvent décrié pour son manque de maîtrise du football. Quant à l’actionnaire américain du club marseillais, il ne semble pas vouloir, ni même pouvoir, réinvestir dans le club de façon à le rendre compétitif à court et moyen terme. Tout le contraire de l’OL.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *